Sélectionner une page

L’aqueduc Romain

L’aqueduc romain en 1843 par Alexandre Genet

L’aqueduc romain fut détruit par les services techniques de l’APC d’Annaba (Assemblée Populaire Communale) en 1986. Aujourd’hui quelques partie subsistent dans la forêt de l’Edough, comme cette belle découverte des étudiants d’architecture en 2012.

Ci-dessous, un specus de 1,20 m de hauteur (canal souterrain), dans lequel l’eau s’achemine vers les citernes d’Hadrien.

Specus Canal souterrain de 1,20 m de hauteur

Ici une photo d’époque : on voit le départ de l’aqueduc romain au milieu de la forêt de l’Edough (Séraïdi)

arc

1393217_548033265289530_1663978054_n

Le départ de l’aqueduc en 2012 sur les hauteurs de Séraïdi

2012

L’aqueduc après une tentative de restauration par des étudiants d’architecture

reste aqueduc romain

L’aqueduc romain en 1843 par Alexandre Genet

Une partie de l’aqueduc romain fut détruite par les services techniques de l’APC d’Annaba (Assemblée Populaire Communale) en 1986. Aujourd’hui, quelques « restes » de cet ouvrage subsistent dans la forêt de l’Edough, comme cette belle découverte d’étudiants en architecture en 2012. Voyez plutôt : un specus de 1,20 m de hauteur (canal souterrain), dans lequel l’eau s’achemine vers les citernes d’Hadrien.

Specus, canal souterrain de 1,20 m de hauteur

Specus, canal souterrain de 1,20 m de hauteur

Ici une photo d’époque : on voit le départ de l’aqueduc romain au milieu de la forêt de l’Edough (Séraïdi).
arc

1393217_548033265289530_1663978054_n

Le départ de l’aqueduc en 2012 sur les hauteurs de Séraïdi

L’aqueduc après une tentative de restauration par des étudiants d’architecture

L’aqueduc après une tentative de restauration par des étudiants d’architecture

reste-aqueduc-romain

L’aqueduc romain en 1843 par Alexandre Genet

L’aqueduc romain fut détruit par les services techniques de l’APC d’Annaba (Assemblée Populaire Communale) en 1986. Aujourd’hui quelques partie subsistent dans la forêt de l’Edough, comme cette belle découverte des étudiants d’architecture en 2012.

Ci-dessous, un specus de 1,20 m de hauteur (canal souterrain), dans lequel l’eau s’achemine vers les citernes d’Hadrien.

Specus Canal souterrain de 1,20 m de hauteur

Ici une photo d’époque : on voit le départ de l’aqueduc romain au milieu de la forêt de l’Edough (Séraïdi)

arc

1393217_548033265289530_1663978054_n

Le départ de l’aqueduc en 2012 sur les hauteurs de Séraïdi

2012

L’aqueduc après une tentative de restauration par des étudiants d’architecture

reste aqueduc romain

14 Commentaires

  1. on travaille sur cet acqueduc je vous envoie des photos si vous voulez sur l’etat actuel

    Répondre
    • Bonjour,
      je fais une étude sur cet aqueduc, si vous pouvez m’aider à avoir des photos ou documentation ça sera sympa de votre part!!!

      Répondre
      • Bonjour,
        Toutes nos informations sont dans l’article. Si vous avez plus de détails, n’hésitez pas a nous recontacter.
        Cordialement

        Répondre
    • si vous avez la moindre information sur l’aqueduc veuillez me contacter par mail S.V.P (ou se trouve t_il)!!!!!

      Répondre
  2. je me souvient de cet aqueduc tout prés de la clinique Abou marouan allant vers les vergers maintenant une société

    Répondre
  3. Il y a une photo de l’ancienne cathédrale de Bône ou on voit en arrière champ un aqueduc… ce ne serait le fameux aqueduc romain ou peut être un ouvrage hydraulique hafs
    ide ( connu pour ce genre de travaux en Tunisie et Constantine ) je peux vous l’envoyer si vous désirez ???

    Répondre
  4. Bravo, vous faites un excellent travail, bon courage et bonne continuation

    Répondre
  5. Bonjour,
    Quand j’ai Jeune Bônois en 1958 je me souvient que l’aqueduc Romains venais du Village Bugeaud actuellement Séridi et il traverse la Plaine Ouest  » Les Allemands »Exactement prés de l’Ancienne Église Couvent actuellement c’est la Société HYDRO TRANSFERT c’est aussi une Mosquée » pour allé vers la Cité Royale Hippone.
    Ce n’est pas uniquement l’APC de Annaba qui détruit nos vestiges c’est aussi des Privés a titre d’Exemple les Ruines Romaines de la Veille KASBA SBAA ERROUG, L’Aqueduc du Couvent, l’Aqueduc du centre Ville il y actuellement un Immeuble de 11 Étages en face de la Wilaya.
    Ils ont détruits l’ancien port Phéniciens,Romains,Byzantins d’Hyppone , ils reste a Annaba que les Résidus des vandales des El Arabes.

    Je Pleure ma Cité Bône la COQUETTE, c’est devenu Annaba la Salle El Mederbella,détruite par les nouveaux vandales,leurs seul mots d’Ordres Corruptions a tous les niveaux,Trafiques a tous les Niveaux,Kifs,Femmes,Hargua, gains faciles Ect….. Argents ++++++++++++ Argents les vestiges,l’Histoire de la Ville de Saint Augustin d’Apulé, de Sidi Brahim de Ahmed El Bouni,de Camus, du Général Juin,de Haçen Derdour,Brahim Adjami, de Boubou Chérif,Adra Kabar ,de Badji Mokhtar,de Rizi Amor,d’El Kourd,de Hassen El Annabi, Ect…. La Ville de Annaba éternelle Coquette,Bône la Coquette,Hypponne la Royale,Bouna la Splendide appel au Secours mais personne ne lui répond.
    La réponse ne vient que d’un Citadin
    SLIM

    Répondre
  6. Bonjour à tout le monde,
    Je me permet de commenter pour corriger une information, cette aqueduc etait découvert par l’archéologue Français Xavier Delestre, archéologue spécialiste de l’Antiquité, conservateur général du Patrimoine, chercheur au Centre Camille-Jullian/CNRS, est conservateur régional de l’Archéologie à la Direction régionale des affaires culturelles de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles sur l’archéologie en France. cet archéologue a eu l’aoccasion de faire des fouilles archéologique au niveau de la ville antique Hippone Annaba actuellement, Xavier Delestre a pu publié un livre « Hippone » en 2005 ainsi que quelques artcles concernant la richesse de cet ville, eventuellement un article dont il parle de l’aqueduc ou il montionne qu’il a pu poursuivre une dizaine de kilomètre du tracé de l’aqueduc, cet aqueduc fait plus de 16 kilomètres, sont point de départ c’est Ain Barbar en arrivant jusqu’au citernes d’Adrienne.
    En 2012 une équipe des étudiants en architecture de l’université d’Annaba on reprit le même sujet et faire une étude architectural seulment pas une études archéologique.
    En 2013 une étudiante en archéolgie de l’université de Rennes 2 spécialiste en archéologie du Bâti reprend le même sujet apres le conseil de l’archéologue Xavier Delestre et faire une étude descriptive analytique côté architectural. Cette étudiante a pu distingué que l’aqueduc sont point de départ commence à Ain Barbar a une auteur de plus de 800 m d’altitude en arrivant aux citernes d’adrienne à une altitude de 18m d’altitude, et si on parle du côté architectural on trouve que dans l’ensemble de cette aqueduc il y a plusieurs techniques de construction et même pour le materil de construcion ce n’est pas le même et cela dû aux conditions topographique….;

    Répondre
  7. slt , vous avez une synthèse historique de l’aqueduc romain de bouzizi?

    Répondre

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *