Sélectionner une page

La plus grande rivière d’Algérie

Annaba constitue l’embouchure de la plus grande rivière d’Algérie : la Seybouse. Son bassin est le plus étendu d’Algérie (6 471 km²) et les terres qui la bordent, des plus fertiles.

Autrefois navigable, la Seybouse s’étend de la ville de Guelma à celle d’Annaba sur une longueur de 225 km environ, pour se jeter dans la Méditerranée.

Dans le livre « GÉOGRAPHIE MILITAIRE » elle est décrite comme suite :

« La Seybouse. Par son étendue, comme par la fertilité de ses terres, le bassin inférieur de la Seybouse est un des plus intéressants de l’Algérie. Nous avons dit que cette rivière était une véritable exception en Algérie, qu’elle avait de l’eau en toutes saisons et portait même bateau à quelque distance de son embouchure.

La Seybouse est formée près de Medjez el-Akmar, à 15 kil. en amont de Guelma, par la réunion de l’oued Cherf et de l’oued Zenati.

Medjez el-Akmar est sur l’emplacement de l’ancien camp où se réunirent, en 1837, les troupes qui allaient attaquer Constantine.

L’oued Cherf rassemble les eaux de la région d’Aïn Beida et une partie de celles des montagnes où se trouvent également les sources de la Medjerda et de ses affluents.

L’oued Zenati vient de l’ouest; ses sources sont opposées à celles de l’oued el-Barda, tributaire du Roummel, et sa vallée est suivie par le chemin de fer de Guelma à Constantine. Il passe au village de même nom et au bordj Sabbat, où il reçoit (r. g.) l’oued el-Meridj qui descend du plateau de Constantine ».

 

La Seybouse

Références :

Livre GÉOGRAPHIE MILITAIRE Par le Colonel NIOX en 1890

Le Palazzo Pitti

Le célèbre palais Pitti à Florence (Italie) dispose d’un appartement portant le nom d’Annaba, la « Sala di Bona ». Ce nom dérive de la magnifique fresque peinte par l’artiste Bernardino Poccetti sur l’un des murs de la pièce, et décrivant la conquête de Bône en 1607 par Ferdinand I de Médicis.

Ce dernier fut Grand-Duc de Toscane, région du centre-ouest de l’Italie, de 1587 à sa mort, en 1609.

La « Sala di Bona » est le plus imposant des appartements réservés aux invités, et le seule resté intact depuis le 17ème siècle.

Une photo de la Sala di Bona

Une photo de la Sala di Bona

"Battaglia di Bona" (Bataille de Bône), de Poccetti Bernardino (1542-1612)

« Battaglia di Bona » (Bataille de Bône), de Poccetti Bernardino (1542-1612)

Les éléphants d’Hannibal

Les éléphants utilisés lors de la Deuxième Guerre punique (218-202 av. J.-C.) appartiennent à l’espèce « Elephas Hipponiensis », originaire d’Hippone. Ils se distinguent par leur petite taille, facilitant ainsi le déplacement de l’armée du Général Carthaginois Hannibal jusqu’en Italie, à travers l’Espagne et le sud de la France, par les Alpes.

Représentation de la traversée des Alpes  par Hannibal

Représentation de la traversée des Alpes par Hannibal

Chemin de fer

 La première ligne de chemin de fer à voie étroite, construite en Afrique, fut réalisée à Annaba en 1858, et portait le nom de « Bône-Mokta ».
D’une longueur de 11 Km, elle partait des mines des Karezas pour aboutir à La Seybouse, faubourg de Bône (à l’époque). Plus tard, elle est étendue vers Aïn-Mokra (actuellement Berrahal) puis au port de Bône en 1867.

 

Gare de Mokta El-Hadid

Gare de Mokta El-Hadid en 1886

 

 

Un Hôtel de Ville si particulier

L’Hôtel de Ville d’Annaba a été imaginé par l’architecte Marius Toudoire (1852-1922). C’est ce dernier qui conçut également la façade de la gare de Lyon (Paris), L’Hôtel de Ville d’Annaba a été imaginé par l’architecte Marius Toudoire (1852-1922). C’est ce dernier qui conçut également la façade de la gare de Lyon (Paris), place Louis-Armand, et la tour d’horloge de la gare, à l’occasion de l’exposition universelle de Paris.


En Algérie, d’autres projets importants lui sont attribués : la Grande Poste d’Alger et la Préfecture de Constantine.

L'Hôtel de Ville d'Annaba réalisé en 1888, incendié par l'OAS en juin 1962

L’Hôtel de Ville d’Annaba réalisé en 1888, incendié par l’OAS en juin 1962

La gare de Lyon à Paris : façade place Louis-Armand et tour d'horloge

La gare de Lyon à Paris : façade place Louis-Armand et tour d’horloge

 

Le théâtre romain

Théâtre romain hippone

Théâtre romain d’Hippone

Le théâtre romain d’Annaba (ou plutôt d’Hippone, nom de la ville à l’époque romaine) est le plus large d’Afrique.

Avec une capacité de 6000 places et une largeur de 100 mètres, il arrive en tête devant les théâtres africains de :

  • Sabratha (Lybie) avec 92,6 m. de largeur
  • Timgad (Algérie) : 63,6 m.
  • Dougga (Tunisie) : 63,5 m.
  • Djemila (Algérie) : 62 m.

Dans le monde, il devance ceux d’Athènes (Grèce) et de Pompéi (Italie), avec respectivement 77 et 60 m. de largeur.